Search for content, post, videos

L’histoire de Supreme, le géant du streetwear

Les débuts de la marque, la création.

James Jebbia est né aux États Unis et est parti vivre en Angleterre  à 19 ans. Dès sa majorité James Jebbia est plongé dans le monde de la vente. En effet il travaille dans un magasin de parachute à Soho avec Eddie Cruz qui sera plus tard le célèbre fondateur de la marque Undefeated. Très tôt intéressé par la mode il décide d’ouvrir la boutique « Union » à New York en 1989. 2 ans passent et en 1991 il apporte son soutien à Shawn Stüssy pour l’ouverture de la boutique « Stüssy NYC ». Plongé dans cet univers très tôt James Jebbia pense déjà à l’ouverture de son propre store. C’est avec un capital de 12 000 $ que ce dernier ouvre le premier shop Supreme en 1994.

Situé à Lafayette Street à Manhattan la boutique attire en premier lieu les skateurs qui sont nombreux dans cette rue. Loin d’avoir un public précis à ses débuts, James Jebbia oriente finalement sa marque vers les rideurs américains des années 90′.

Inspiré par de grands artistes pour les articles.

Au début, James Jebbia propose à ses clients uniquement des t-shirts et des sweatshirts. Malgré la concurrence d’autres marques sur le marché du skate, il se démarque notamment par la qualité de ses vêtements constitués d’un tissu épais et confortable. A cette époque c’est un changement pour les skateurs qui étaient habitués à s’habiller avec des tenues très larges et peu confortables. A l’ouverture de la boutique, le t-shirt « taxi driver », sur lequel nous pouvons apercevoir Robert De Niro, est le premier à être mis en vente. L’écriture blanche sur fond rouge superposée à une image nous rappelle les œuvres de propagande de Barbara Kruger, la célèbre artiste conceptuelle américaine.

Ce n’est pas la seule personne de qui James Jebbia s’est inspirée pour l’accent sur le « ê » du classic logo. Il s’est en réalité inspiré de la marque de André Courrèges qui est le créateur de la mini jupe en 1965.

En ce qui concerne le Motion logo, c’est du titre de goodfellas fait par Saul Bass que James Jebbia s’est inspiré. Ce logo est désormais sur les produits les plus demandés de la marque.

Aujourd’hui les produits disponibles sont multiples. La marque s’est étendue dans le monde entier et met désormais en vente pantalons, t-shirts, sweatshirts, vestes ou bien même divers accessoires.

              

Le box logo, figure emblématique de Supreme.

Ce classique de chez Supreme est l’article le plus attendu de la marque. Le motion logo et le classic logo ne sont pas les seuls. En effet nous pouvons compter plus d’une douzaine de différents logo. Parmis eux le « Japan Tsunami Relief » qui à été imaginé après le tsunami de Tohoku en 2011.

Suite aux attentats du 11 Septembre qui ont frappé les Etats-Unis, Supreme a aussi dessiné le « USA 9/11 box logo »  . Une sorte d’hommage pour les victimes de ces attentats.

Ce n’est pas tout, Supreme a de plus sorti un box logo pour l’ouverture du store à Los Angeles. Le store situé près du quartier juif à inspiré la marque puisqu’elle à mis en vente le « Hebrew box logo » .

Ce ne sont pas les seuls designs que la marque a donné à ces t-shirts. Nous pouvons aussi citer le « pink snake » pour l’ouverture du store à Harajuku, le « Bape box logo » ou encore le « Sopranos box logo » créé en rapport avec la série des années 90′ Sopranos.

Un développement rapide, grâce à une bonne méthode marketing.

C’est de rien qu’est parti James Jebbia, il lui a donc fallu faire connaître sa marque. C’est en faisant du buzz que Supreme s’est développé. Il a commencé en 1994 à mettre le nom de sa marque sur Kate Moss en sous vêtements, qui était alors l’égérie de Calvin Klein. Ce simple collage a failli lui valoir une poursuite judiciaire. Par la suite c’est en s’accompagnant de grandes stars ou de grandes marques que Supreme a pu se développer.

La marque aux multiples collaborations.

C’est avec Rammellzee que Supreme débuta sa grande série de collaborations. D’abord cette casquette, puis des sacs à dos et plusieurs autres articles.

Ensuite c’est un enchaînement de collaborations que va faire Supreme. Avec Kenneth Capello, qui sera la premier à poser en photo pour Supreme avec la marionnette tickel me elmo.

Mais aussi avec Terry Richardson en 2009 ou encore la récente collaboration avec TNF (The North Face).

                                                              La collection automne/hiver de 2016 a dévoilé le retour d’une collaboration qui date de 1996. Les deux géants du skate que sont Vans et Supreme se sont alliés pour dévoiler une basket sublime.

Supreme annonce également pour 2017 une nouvelle collaboration avec la célèbre marque de luxe Louis Vuitton. Même avec des prix qui passent facilement les 500€ les acheteurs ne seront pas pour autant moins nombreux.

Le présent de la marque et son avenir

Désormais populaire dans le monde entier cette marque n’a plus à faire ses preuves. Selon James Jebbia, avoir d’énormes stocks ne sert à rien. C’est pourquoi les articles sont très rares et très convoités. A chaque nouvelle sortie, ce sont des centaines de personnes qui campent devant les stores, d’autres sont quant à elles à l’affût sur le site. Dernièrement les sweatshirts tant  attendus « les box logo » sont sortis. Les stocks se sont écoulés en quelques secondes. Si à votre tour vous voulez vous procurer des pièces Supreme il faudra vous rendre en magasin où quelques pièces sont encore disponibles ou attendre les prochaines sorties qui devraient arriver courant Février.

Lien vers le site Supreme : http://www.supremenewyork.com/

Suivez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/hytrape/?fref=ts

Si vous aimez cette culture, venez dans notre groupe facebook, (on parle de ça) : https://www.facebook.com/groups/hytrapegroupe/?fref=ts